Sud-Kivu : trop de barrières et taxes illégales sur les routes

  • Monday, July 4, 2016
Dans un communiqué daté du mercredi 29 juin 2016, l’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme (ASADHO) déplore le nombre de barrières et de taxes illégales dont les populations sont victimes de la part des militaires et ou des policiers dans tous les territoires de la province du Sud-Kivu.

En effet selon l’ONGDH, les barrières installées pour protéger les populations civiles face aux actes d’insécurité et d’abus des milices sont devenues de grands postes de perception de taxes illégales par des FARDC et des éléments de la Police nationale congolaise. Ces perceptions s’opèrent jour et nuit, dans l’indifférence totale de toutes les autorités politico-administratives.

Plus de 74 barrières de perception des taxes illégales

Selon les enquêtes faites par l’ASADHO dans la province du Sud-Kivu, il y a plus de 74 barrières de perception des taxes illégales qui ont été identifiées. Fizi 16 barrières, Kalehe 14 barrières, Mwenga 13 barrières, Shabunda 8 barrières, Walungu 7 barrières, Bukavu 16 barrières…

A chaque barrière, tout passant, tout moyen de transport (moto, vélo, véhicule, colis miniers…) est obligé de payer une somme d’argent allant de 1000 à 20.000 FC par jour et à chaque passage, soit entre 1 à 20 USD sans délivrance d’aucune quittance.

C’est le trajet vers Mulungu qui coûte cher à cause des activités minières. Dans ce tronçon, tout passant paie 10.000FC soit 10 USD par jour. Avec une fréquence de 500 à 1000 personnes par jour, les policiers ou militaires commis à cette barrière de Mulungu ne manquent pas la somme d’au moins 10.000 USD par jour. Ces actes portent atteinte au droit à la libre circulation des citoyens et de leurs biens sur le territoire national, garanti par les dispositions de l’article 30 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, note l’ASADHO.

Face à cet enrichissement sans cause des services qui ne sont pas habilités par la loi à percevoir les taxes, l’ASADHO exige au gouvernement Matata de supprimer toutes les barrières qui ne sont pas nécessaires pour la sécurité des personnes et de leurs biens. Kinshasa est prié d’engager une enquête pour identifier tous les militaires et policiers impliqués dans cette perception des taxes illégales.

Libre circulation des personnes et de leurs biens

L’ASADHO invite le gouverneur Marcelin Chisambo à mettre en œuvre toutes les mesures pour supprimer les barrières et postes de perception de taxes illégales. Mais également, veiller à la libre circulation des personnes et de leurs biens sur l’ensemble de la province du Sud-Kivu.

Par Godé Kalonji