Bienvenu sur notre site!|
Vous êtes sur: Religion

Rex Kazadi :« Pour la grandeur de la République Démocratique du Congo, nous disons oui au compromis politique, non à la commission politique »  


Dans une déclaration faite ce mardi 10 janvier à Kinshasa, la diaspora congolaise représentée par « Ba Patriotes Kongo », BPK, et le parti politique » Peuple au service de la nation », PSN, a réaffirmé son soutien total et indéfectible à l’accord de la saint sylvestre.
«Nous,membres de L’alliance (Une coalition des Combattants politiques et des membres de la diaspora congolaise engagés dans la lutte pour l’alternance et la démocratie), affirmons :
1. Notre attachement au respect de la Constitution de la République Démocratique du Congo;
2. Notre volonté de contribuer à la survenance des conditions d’élections libres, inclusives et crédibles;
3. Notre résolution de mettre en commun les efforts et les énergies de tous les Congolais en vue d’un fonctionnement normal de la République et d’un retour à la normalité politique du pays», a déclaré Rex Kazadi Secrétaire Général de BPK.
À en croire Rex, Kazadi,  la diaspora congolaise considère que l’inclusivité, dans ce cas non arithmétique mais politique, est la condition d’une stabilité durable et de la création des conditions requises en vue de l’organisation, dans les délais les plus brefs possibles, des élections transparentes et crédibles.
Aussi,  ces congolais de l’étranger se disent disposés à signer ledit accord afin de renforcer son côté inclusif considérant l’impact des Combattants dans la lutte politique pour la libération du Congo et le poids des Congolais de l’étranger dans le paysage social congolais.
«Il est de notoriété publique que la diaspora congolaise a une longue tradition de soutien économique des personnes restées au pays. Les transferts de fonds des membres de la diaspora jouent un rôle déterminant dans l’économie nationale de la RD Congo et estimé à plus ou moins 9 milliards de dollars par an – plus que le budget national – sur les 4 dernières années. Les chiffres sont officiels et publiés par le FMI et la Banque mondiale. Son rôle économique et social n’est pas à démontrer», a-t-il souligné.
Pour le Secrétaire Général de BPK, la diaspora congolaise a mené un combat de fond pour stigmatiser les anomalies dans la gestion de la chose publique en RDC. Elle a ouvert des fronts politiques pour combattre les velléités de la dictature qui semblaient s’installer durablement au pays et brillé par ses oppositions à l’establishment congolais. Son combat a porté des fruits au point que Kinshasa et la Communauté internationale, qui faisaient la sourde oreille, ont prêté attention à ses revendications.
«Confirmons ici que la diaspora congolaise a mûri et fignolé son projet politique. C’est pourquoi elle veut prendre ses marques afin de défendre directement les intérêts du pays. Notre signature apposée au bas de l’Accord du 31 décembre 2016 nous implique dans ce dernier et nous donne le droit d’avoir un droit de regard sur sa mise en application parce que notre pays fait face à de grands enjeux qui imposent des décisions, certes difficiles voire douloureuses, à très court terme et qui touchent un large éventail de questions, notamment l’organisation des élections selon les prévisions de l’Accord, la misère généralisée des populations et la répression politique qui insécurisent le pays et ses populations», a-t-il renchéri avant de poursuivre, grâce à cette nouvelle vision, la mode de la «diasporaphobie» ambiante à Kinshasa doit céder la place à une nouvelle période plus prompte à la coopération plutôt qu’à la confrontation, période pendant laquelle la diaspora devra apporter aussi son expertise.
Rex Kazadi à indiqué que la diaspora est prête à jouer son rôle dans cette transition étant disponible et prête à assumer les responsabilités qui lui seront allouées.


Joseph Kazadi

(  7sur7 , via www.congosynthese.com)

 




Autres Titres