Bienvenu sur notre site!|
Vous �tes sur: Religion

Calendrier global consensuel : CENI, Samy Badibanga exerce une pression sur Malumalu !  


En dépit d’une accalmie très volatile observée dans l’espace politique, la pression reste maintenue. Contrairement à ce que l’on pouvait croire, que l’opposition politique congolaise allait se frotter les mains et continuer à savourer sa victoire après l’adoption de la loi électorale sans la disposition conflictuelle, non, elle est montée au créneau. Cette fois-ci, c’est l’Abbé Apollinaire Malumalu et son institution, la centrale électorale, qui sont dans l’œil du cyclone. Le mardi 27 janvier 2015, à la paroisse Notre Dame de Fatima, l’opposition politique s’est retrouvée pour faire une déclaration qui vise trois  objectifs majeurs. Primo, saluer le courage de la population congolaise pour la manifestation pacifique. Secundo, l’opposition a pris acte du retrait de l’alinéa 3 de l’article 8 de la loi électorale. Et tertio, pousser la Ceni à publier un calendrier global consensuel, surtout que les textes sont déjà disponibles. Cette déclaration a été lue par l’Honorable Samy Badibanga, Président du Groupe Parlementaire UDPS et Alliés. 

Au lendemain de sa brillante victoire sur le pouvoir, après le retrait de l’alinéa 3 de l’article 8 de la loi électorale, l’opposition politique congolaise n’entend pas baisser la pression. Cette fois-ci, les flèches mouchetées sont dirigées vers la Commission Electorale Nationale Indépendante. En effet, réunie hier mardi, 27 janvier 2015, à Fatima, l’opposition politique, dans son ensemble, a donné ses impressions sur les événements que la République Démocratique du Congo a connus en dates du 19, 20, et 21 janvier 2015. Si ses membres ont pris acte du retrait de l’alinéa 3 de l’article 8, ils font, cependant, pression à la Ceni pour qu’elle publie, dans un bref délai, le calendrier global. Celui-ci, ont-ils indiqué, doit être consensuel. Les membres de l’opposition s’appuient sur l’idée que la loi électorale a déjà été adoptée par les deux chambres du parlement. ‘’Nous félicitons le peuple congolais pour avoir courageusement vaincu la peur par sa mobilisation et salue sa détermination citoyenne à défendre la démocratie et à exiger le respect de la constitution et des lois de la République’’, a dit Samy Badibanga, au nom de toute l’opposition, et ce, avant de déplorer les morts. Pour l’opposition politique congolaise, la majorité aurait pu éviter cela, si seulement si, elle avait écouté la voix du peuple avant. Par ailleurs, les opposants ont condamné ce qu’ils qualifient de la désacralisation de la vie humaine et la banalisation de la mort par le Gouvernement. Sans atermoiement, ni ambages, ils ont lancé un appel  à l’endroit de toute la population pour identifier et signaler toutes les victimes blessées ou tombées sous les balles, afin de faciliter le travail de la commission d’enquête. C’est pour que des sanctions appropriées soient prises à l’endroit de leurs auteurs. Considérant que les trois jours de tension resteront gravés dans la mémoire collective, l’opposition politique projette d’organiser une messe de suffrages à la Cathédrale Notre Dame de Lingwala, pour honorer les victimes de ces manifestations pacifiques.

Pression sur la CENI 

Comme il convient de le noter, l’opposition a changé de cible. Il n’est plus question de viser les deux chambres du parlement. C’est plutôt la Commission Electorale Nationale Indépendante qui est en ligne de mire. ‘’ Nous mettons en demeure la Commission Electorale Nationale Indépendante, plus particulièrement son Président, afin qu’il publie, sans délai, le calendrier global. Celui-ci doit être consensuel et doit reprendre toutes les opérations pré-électorales et électorales, dans le strict respect des échéances prévues par la Constitution jusqu’en 2016’’, ont-ils fait savoir. Poursuivant sur la même lancée, les opposants ont salué la détermination et l’accompagnement de la communauté internationale en ce qui concerne la publication du calendrier global consensuel. Ils estiment que plus rien ne peut empêcher la CENI à publier ledit calendrier, d’autant plus que la loi électorale a déjà été adoptée par les deux chambres du parlement. Par ailleurs, l’opposition exige la libération, sans condition, de tous les opposants prisonniers d’opinion, des jeunes, étudiants, acteurs de la société civile, pour ne citer que ceux-là.

Abordant la question liée à la coupure de la connexion internet, Samy Badibanga a dit ceci : ‘’Nous dénonçons la transformation de la RDC en une prison à ciel ouvert, par la coupure générale et absolue  de tous les moyens de communication par internet, sms, et les réseaux sociaux, …’’. 

Kevin Inana 

(  la prospérité , via www.congosynthese.com)

 




Autres Titres